Shito Kai Arquennes ©  2011 ®   : Goncette Alain
Histoire- L’art du combat chinois à Okinawa
L’art du combat chinois à Okinawa
A partir de 1372, c’est l’empereur de Chine qui confère leur titre aux rois de Ryûkû.   Dans ce but, une ambassade chinoise se rend à Ryûkû à l’occasion de chaque accession au trône.  Les habitants de Ryûkû ( Okinawa ) appelaient « ukanshin » - bateau de la couronne – le navire qui amenait la délégation chinois.  De 1372 à 1866 cet événement s’est répété 23 fois.   La délégation se composait de fonctionnaires civils et militaires ; son effectif atteignait jusqu’à 500 personnes.  Elles demeurait de trois à dix mois à Ryûkû, ce qui représentait une charge énorme pour les finances de l’île, si bien que parfois le gouvernement de Ryûkû cachait la mort du roi pour retarder cette dépense.  On peut supposer que cette délégation a joué un rôle important dans la transmission de l’art du combat.   En 1392, à la demande du roi de Ryûkû, Satto, un groupe d’immigrés chinois s’installa dans le village de Kumé, dans la région de Naha ( nom de la ville la plus importante de l’île).  On appelait ce groupe : les 36 Familles,  mais il n’est pas certain que ce chiffre corresponde effectivement à leur nombre.   Ces familles, ainsi que leurs descendants, vécurent en cercle fermé, demeurant attachées au croyances confucéennes et taoïstes.  Bénéficiant de multiples privilèges, elles détenaient des fonctions importantes dans la relation Chine-Okinawa.  Elles étaient chargées de la rédaction des écrits officiels et jouèrent un rôle important dans le processus de centralisation du pouvoir.